Accueil  >  Shoah > Enseigner l’histoire de la Shoah

Rubrique Ressources

Enseigner l’histoire de la Shoah

Le 23 janvier 2014 - Jean François Boyer

Il présente de multiples ressources et outils pédagogiques, renseignements pratiques pour préparer une visite dans un lieux de mémoire. En guise d’exemples deux documents sont proposés dans cet article...

Le site Enseigner l’histoire de la Shoah est le site de référence dans ce domaine. Conçu par le Mémorial de la Shoah, en collaboration avec le ministère de l’Education nationale, il présente de multiples ressources et outils pédagogiques, renseignements pratiques pour préparer une visite dans un lieux de mémoire… Il offre la possibilité de mutualiser des séquences pédagogiques sur l’histoire du génocide des Juifs.
www.enseigner-histoire-shoah.org

Exemples de documents accessibles dans ce site : 

Document 1 : 

« Mon père est arrivé en France en 1921, ma mère l’année suivante. Je suis le premier Adoner né en France. A la maison, les parents parlaient yiddish, nous répondions en rançais. (…) Durant l’occupation, il a fallu aller se faire recenser, mon père, comme bon citoyen français obéissant… Il a ramené la radio, puis on a eu l’étoile et le tampon sur la carte d’identité… Nous marchions avec l’étoile dans la rue, boulevard Saint-Michel. On la cachait aussi pour nous balader, prendre le métro[1]. Le 16 juillet 1942, on a raflé nos voisins (…). C’était des flics français (…). Il y a eu 12 ou 15 familles sur 50 [de l’immeuble]. Le 23 septembre 1942, le soir à 21 h (…), nous étions chez un copain de l’immeuble - après 20 h on n’avait pas le droit de sortir - mon frère Henri est monté : « il y a la Gestapo en bas ! » (…). Nous sommes partis avec des copains pour nous sauver par les toits mais mon ami Isaac est revenu : « je peux pas laisser ma mère toute seule avec mes frères et soeurs… » On est tous redescendus (…). Par petits groupes, nous avons tous été emportés au poste de police du 4ème (…). Le lendemain matin, l’autobus nous emmenait à Drancy (…). On est restés très peu, sur des paillasses dégueulasses. Nous avons été déportés le 28 septembre 1942, toute notre maison… »

Témoignage de Samuel Adoner, Survivors of the Shoah, 1995
[1] Selon les instructions allemandes du 10 juin 1942, les juifs n’étaient autorisés à monter que dans le dernier wagon de la rame.

Document 2 : 

"Le convoi n° 38 a quitté la gare Le Bourget/Drancy pour Auschwitz, le 28 septembre 1942 à 8 h 55, avec 904 Juifs, en direction d’Auschwitz. Tel est le contenu du télex rédigé par le SS Heinrichsohn et signé par son chef Röthke, adressé à Eichmann et au camp d’Auschwitz.
Sur 904 noms de partants, on compte 468 hommes et 436 femmes. Parmi les 468 hommes, environ 200 étaient âgés de 17 à 45 ans. Le convoi comptait un peu moins de 100 enfants de moins de 17 ans. Les deux tiers des 904 déportés étaient d’origine étrangère.
Le convoi est arrivé à Auschwitz dans la nuit du 29 au 30 septembre. 123 hommes ont été sélectionnés pour le travail et ont reçu les matricules 66515 à 66637. 48 femmes reçurent les matricules 21373 à 21394. D’autres hommes, de 17 à 45 ans, valides parmi les 200 qui se trouvaient dans le convoi ont été immédiatement gazés. On comptait, en 1945, 20 survivants de ce convoi."
D’après Serge Klarsfeld, Le mémorial de la déportation des Juifs de France, FFDJF, Paris 2002, 1èrer éd. 1978

Voir en ligne : Enseigner l’histoire de la Shoah







Rester informé

  • Portail national éduscol
  • Flux RSS, abonnez-vous au fil des actualités du Mémoire citoyenneté et éducation à la Défense et à la sécurité